Magazine d'actualités journalières pour et par des téchnophiles passionnés qui refusent à se croire Geek ! #Mempyre

Apple – Un iPhone « bas de gamme » est-il nécessaire ?

1.03K 0

téléchargement (1)

 

Le  journaliste Mike Elgan a publié récemment une analyse intéressante sur la stratégie commerciale d’Apple, en particulier sur un point : la démocratisation de la machine. En effet, celui-ci estime que contrairement aux rumeurs qui prévoient un iPhone « bas de gamme », plus abordable, Apple ferait bien de revoir la solidité de ses smartphones à la hausse. Design, certes. Performances, certes (quoique l’optimisation soit irrémédiablement due à iOS, car des machines bien plus puissantes que l’iPhone 5 circulent pour moins cher). C’est donc en résistance physique que le bas blesse. D’ailleurs, il y a fort à parier que vous connaissez quelqu’un, possesseur d’iPhone 4 ou 4s qui ayant fait tomber son téléphone au sol, même depuis une faible hauteur, s’est retrouvé avec la vitre avant ou arrière sérieusement amochée. Le risque tient en ces quelques mots : la moindre chute au delà de 30cm peut provoquer des fissures sur les parties en verre. « Cela concerne tous les smartphones » direz-vous. Certes, une fois de plus. Toutefois, bien que le tir ait été rectifié avec l’iPhone 5, une façade avant ET arrière en verre n’était pas la meilleure idée que l’on puisse avoir. Une déclaration qui pose débat, mais qui après réflexion n’est pas négligeable.

Chaque année, beaucoup d’analystes émettent l’hypothèse d’un iPhone bas de gamme, moins cher, conçu pour conquérir les marchés dominés par d’autres marques. Elgan perçoit Apple dans la position que la firme se doit naturellement d’occuper : se concentrer uniquement sur le haut de gamme en, par exemple, renforçant la solidité de ses terminaux, même si cela engendrerait logiquement une augmentation du prix de ses appareils. Note importante aussi, Elgan conseille de « viser d’autres secteurs du marché téléphonique » (un téléphone à réseau satellite ?).

téléchargement

 

Le président de Google, Eric Schmidt, a déclaré que le nombre de vente de terminaux sous Android est nettement supérieur aux ventes d’Apple. Il compare ces chiffres à la bataille menée entre Apple et Microsoft depuis plus de 20 ans. Cependant, il ne tient pas compte du fait que Microsoft vende à profit, tandis que Google distribue ne perçoit que de très faibles profits sur son OS Android.

La vente massive d’Android est due à un facteur économique simple : les firmes produisent ces produits car leur système d’exploitation est libre et gratuit. Ce qui aide fortement sa propagation et engendre un fossé entre les téléphones haut de gamme et bas de gamme. Ainsi, les ventes d’Android haut de gamme sont très faibles, comparables voire inférieures à l’iPhone.

La majorité des terminaux Android sont destinés à la distribution de masse. Le pays qui en vend le plus est la Chine, qui représente un tiers des ventes mondiales. La Chine est aussi le pays qui produit le plus d’AndroidPhones bas de gamme. (Exemple du IDEOS Huawei vendu au Kenya grâce à son faible coût).

index Revenons au sujet principal : pourquoi Apple ne doit pas entrer dans un marché quasi dominé par Google ?

Elgan, dans son article, donne quelques exemples de grandes marques illustrant ainsi son propos :

C’est comme si Ferrari devait fabriquer un break pour rivaliser avec Toyota ; comme si Starbucks devait produire un café économique pour contrer Folgers ;  comme si Nordstrom devait se lancer dans un plan dédié aux vêtements à bas coût pour bloquer JC Penny.

Apple est célèbre à travers le monde, véhiculant une image luxueuse, comme Ferrari, Prada ou Chanel. Créer des versions économiques de ses produits sans compromettre la qualité, la gloire ou la philosophie de l’entreprise qui est de toujours produire le meilleur du meilleur. Mike Elgan se concentre sur une étrange idée : produire un iPhone satellite. Elgan soutient qu’un téléphone satellite serait très utile grâce à sa couverture presque complète (par toujours vrai, car la couverture dépend de l’opérateur choisi), mais plus cher qu’un téléphone traditionnel.

Le journaliste pointe le fait que les téléphones satellites vendus dans le commerce sont moches, gros, lourds et semblable au style des années 90 avec les longues antennes.

images

 

 

Ceci étant dit, il existe pourtant un téléphone, le  « TerreStar Genus »  ( voir photo ci dessous ), qui ressemble au BlackBerry et coûte environ 800$ sur Amazon. Ce téléphone dispose d’une connectivité GSM. Mais dans les zones où il n’y a pas de couvertures téléphoniques, le téléphone offre la possibilité de basculer sur le réseau satellite, ce qui permet de continuer à surfer sur le web, envoyer des messages ou effectuer des appels. Mais ce service n’est pas libre et ne dispose pas d’une couverture complète. La fonction satellite coûte 24,99$ par mois et 0,65$ pour chaque appel et n’est valable que pour l’Amérique du Nord. Pourtant, certains verront cela comme une bonne affaire.

 

index

Ainsi, la problématique soulevée par le journaliste est la suivante : Etant donné qu’Apple est une entreprise capable de réinventer certains marchés, pourquoi ne fait-elle pas la même chose avec le marché du satellite ?

Elgan a fait les calculs et a établi que l’entreprise pourrait facilement acheter n’importe quel fournisseur de téléphone satellite pour moins de 3 milliards de $, puisqu’Apple a un capital boursier de 125 milliards de $. Une autre proposition consiste à développer son propre réseau satellite à haute vitesse et avec de larges capacités, ce qui coûterait moins de 5 milliards de $.

index

 

 

Ces solutions certes coûteuses, aussi bien en temps qu’en argent, permettraient à Apple d’entrer dans l’industrie en temps qu’opérateur de téléphonie par satellite. Ce qui permettrait à l’entreprise de gagner beaucoup de profits sur les contrats des consommateurs et d’offrir un service inégalé par d’autres. Tout cela durant des années.

Apple pourrait alors vendre un iPhone satellite pour environ 450/600$ selon le contrat ou le vendre sans contrat à environ 1200$ avec une marge bénéficiaire à ne pas négliger.

Maintenant la question se pose : « Qui serait prêt à dépenser autant pour un téléphone ? » Elgan a une réponse toute faite :

  •   Les voyageurs d’affaires avec frais élevés
  • Les gens qui vivent dans les zones sans couvertures téléphoniques
  • Les gens qui travaillent ou vivent sur des bateaux
  • Les employés du gouvernement
  • Les voyageurs
  • Les militaires
  • Les volontaires des ONG
  • Les sauveteurs
  • Les journalistes ou blogueurs
  • Les gens très aisés
  • Les gens qui aiment les grands espaces
  • Les fans d’Apple qui trouvent toujours un moyen (parait-il)

Certaines de ces catégories paraissent invraisemblables, surtout parce qu’il faudrait qu’Apple accepte de produire un téléphone satellite et de le vendre qu’à certaines catégories de personnes. Ce qui au siècle de la tolérance et de l’égalité mettrait de l’huile sur le feu. Cependant, comme mentionné plus haut, Apple est toujours en mesure de réinventer une industrie, si l’entreprise est intéressée, et pourrait être en mesure de concrétiser cette idée.

 

iPhone1-530x393

 

 

 

Source : cultofmac

 

 

 

 

I'm_not /Geek
Magazine🗞 d'actualités "journalières"😅 pour et par des téchnophiles passionnés 💝 qui refusent à se croire Geek🤥😂 💻📱⌚️⚗️🌐🛰🚀🍔