Magazine d'actualités journalières pour et par des téchnophiles passionnés qui refusent à se croire Geek ! #Mempyre

2013 : l’ambivalence sacrée et la guerre des tablettes.

4.99K 2

A travers un rapide tour d’horizon, volontairement sommaire, mais vous indiquant toutefois les marches à suivre pour de plus amples informations, I’m not Geek vous propose aujourd’hui une rétrospective de l’historique des tablettes. A cela s’ajoutera une tentative d’analyse de l’ambivalence omniprésente autour de ces nouveaux terminaux avec les smartphones. La plupart du temps dissociés, nous verrons que même si quelques différences demeurent, principalement liées aux proportions, smartphones et tablettes sont vouées à se rejoindre. La tendance se dessinant pour 2013 porte en tous cas à le croire.

Les tablettes. Ces nouveaux terminaux mobiles installés massivement sur notre marché depuis désormais 2010 et la sortie tonitruante de l’iPad, première pionnière d’un genre certes en expansion massive, mais nullement nouveau. Explications :

Les premières tablettes trouvent leurs origines à la fin des années 1980. Effectivement, en 1987, nait le premier ordinateur sans clavier. Conçu par la marque Linus, le Write-Top de son petit nom, était un beau bébé. 4kg à la naissance, ce terminal permettait de rédiger sur une surface à l’aide d’un stylet.

Le voici en image :

 

Dire qu’aujourd’hui, même les scanners numériques ne possèdent pas de telles dimensions…

Poursuivons notre tour d’horizon des tablettes préhistoriques en nous projetant deux ans plus tard. En septembre 1989, sort la GRiDPad, outil qui a trouvé preneur essentiellement dans les domaines militaires, la faute à un coût extrêmement élevé à la vente. Pour la petite histoire, la production de la machine fut assurée par… Samsung. D’un point de vue de l’OS, sans grande surprise, on retrouve MS-DOS.

Voici à quoi ressemblait la machine :

 

 

En 1993, Apple fait sa grande apparition sur ce nouveau marché, quelque peu poussif il faut bien l’admettre. Ainsi, après avoir été présentée à Las Vegas lors d’une grande convention en 1992, L’Apple Newton débarque sur le marché. Décrit comme un assistant personnel à reconnaissance d’écriture manuscrite, la première tablette de la firme de Cupertino ne connait pas un succès monumental, la faute à un prix élevé, à l’image de la concurrence, mais laisse entrevoir de belles avancées, notamment grâce à son NewtonOS, relativement intuitif pour l’époque.

Voici la bête en image :

Sautons désormais quelques années. Retrouvons nous au début des années 2000, marquées notamment par l’arrivée des Tablet PC, riposte organisée par Microsoft, optimisée pour tourner sous Windows XP. En voici un exemple :

 

 

 

Apple, Samsung, Microsoft. Trois noms qui, déjà, émergent dans cette introduction. Et c’est tout sauf un hasard : c’est même un indice. Qui flaire le coup, récolte le jackpot.

 

Merci à Wikipédia.org  pour bon nombre d’informations.

 

 

le 21ème siècle engagé, c’est en 2007 qu’Apple relance véritablement une mode qui n’avait que trop tardé à décoller. Les smartphones commencent à voir le jour, et le Multitouch constitue véritablement une révolution dans l’utilisation de terminaux mobiles. Une avancée jugée proche de la science fiction quelques mois auparavant, et désormais bien réelle. L’iPhone est commercialisé : s’en suit le succès international et monumental que nous connaissons.

 

L’iPad, véritable tablette destinée à la navigation internet facilitée et aux domaines du divertissement et du travail de bureau rapide, sortira 3 ans plus tard, venant ainsi garnir un marché de machines portables déjà bien fourni. De fait, Google riposte par le biais de son système Android, décliné en diverses versions particulières dont l’historique n’aurait guère sa place ici. La firme aux deux G, forte de plusieurs partenariats commerciaux avec de grands constructeurs (Samsung, Oppo, HTC, LG etc.) mais également de sa propre créativité (Nexus) se lance véritablement sur le marché des tablettes, et devient rapidement une référence, au même titre qu’Apple, faisant même figure d’opposant principal à la suprématie de la firme californienne.

En 2012, plusieurs générations de tablettes made in Apple, Samsung et Google se sont déjà succédées. Débarque alors une nouvelle génération de tablettes, un concurrent supplémentaire : les terminaux fonctionnant sous Windows 8, dernier OS de la firme Microsoft, particulièrement optimisé pour l’emploi sous machines mobiles. Microsoft n’est pas un nouvel arrivant dans le domaine des tablettes, comme nous le rappelions quelques paragraphes auparavant. Cependant, cette nouvelle mouture de Windows est destinée à un usage davantage globalisé. (Re) Conquérir les ordinateurs portables, les smartphones ET les tablettes, tel était cette fois l’objectif de Microsoft.

C’est ainsi que se profile, alors que 2013 approche à grand pas, une ère nouvelle déjà partiellement entamée. Une ère informatique de changement, où le Laptop, “ordinateur portable”, est menacé. Une ère que nous appellerons la “Grande guerre des tablettes”, une expression déjà usitée à travers le web, qui toutefois était généralement apposée à l’année 2012. Même si 2012 ne fut certes pas paisible sur le marché des tablettes, tout porte à croire que la plus grande déflagration reste encore à venir. D’autant plus qu’un marché parallèle, qui nous apparaît comme tel sous prétexte d’une certaine machination de communication, couplée à une machination commerciale, fait également parler de lui : celui des smartphones.

Chez I’m not Geek, bien que la différence soit reconnue, nous vous expliquerons quelques lignes plus bas pour quelles raisons l’amalgame entre le marché des tablettes et celui des smartphone est possible, et surtout pourquoi, si tel n’était pas encore le cas il y a 3 ans, il l’est désormais.

Merci à fastcompany.com pour bon nombre d’informations.

Sachez tout d’abord que nous parlons d’une “guerre” qui, par ailleurs, n’est encore qu’officieusement déclarée, mais que seule une personne refusant de voir la vérité ne saurait admettre : les choix sont multiples, les firmes innombrables, les batailles entre constructeurs font rage (souvenez-vous, fin août avec l’épilogue de la bataille des brevets entre Samsung et Apple, voir ICI ). Avant tout, avouons également que le quotidien met à notre portée ces objets de façon incessante : “Je prenais le Metro vers 13h, j’ai vu un type qu’avait acheté l’iPad mini”, ou encore “Mon voisin à la fac prenait ses notes sur sa Galaxy Tab ce matin”. Même, plus généralement, les incessantes publicités télévisuelles éveillant votre instinct d’acheteur et ruinant votre palpitant film du soir.

Alors que les fêtes approchent, il serait bien malheureux d’ignorer l’impact de ces machines d’un genre nouveau sur les attentes des consommateurs. Apple ayant récemment tenté un coup, en proposant un modèle réduit de son iPad, le “mini” tout en laissant son iPad classique sur le marché, et commercialisant un smartphone, l’iPhone 5, aux dimensions revues à la hausse, est certes bien placé pour réaliser de jolis scores. Nonobstant, sans parti pris, ne serait-il pas judicieux, en bon soldat de la Guerre des tablettes, d’étudier d’autres pistes, d’ouvrir les yeux ?

Ainsi, nous vous proposons de jeter un coup d’oeil à quelques alternatives bien pensées, qui certes n’ont rien à envier à l’iPhone ou à l’iPad pour ce qui est des caractéristiques techniques, mais qui toutefois ne jouissent pas de la même popularité. Nous tenons à préciser que dans cet article, l’amalgame entre les tablettes et les smartphones (aux proportions relativement grandes) est volontaire. Ainsi, un smartphone à l’écran dépassant 5 pouces peut et devrait, à juste titre, être considéré comme faisant partie du marché des tablettes, tant son rayon d’action est similaire. D’ailleurs, chez Google, l’amalgame existe, puisque si bien une gamme de tablette que de smartphones portent le sceau “Nexus”. C’est la raison pour laquelle notre titre parle “d’ambivalence sacrée”. Sans affirmation, il semblerait que le marché actuel des terminaux mobiles nous aveugle : ainsi, un Samsung Galaxy Note n’est-il pas, à quelques millimètres près, une tablette à part entière ?

Il téléphone, lui, direz-vous. Certes, mais de récentes tablettes, telle que l’iPad, ne possèdent-elles pas de connexion 3G, permettant une communication, qu’elle soit téléphonique ou par VoIP ? Ne peut-on pas d’ailleurs observer une volonté des opérateurs de privilégier la VoIP en souhaitant abandonner le forfait voix avec le futur réseau 4G ?

Quelle que soit l’issue de cette intrigue, s’y cache une ambiguité certaine. Trêve de bavardages cependant, passons aux alternatives : Voici tout d’abord le Samsung Galaxy S3 :

 

Place désormais au Google Nexus 4 :

 

 

Ces deux smartphones représentent par exemple de bonnes alternatives, moins coûteuses mais auréolées d’un aura moindre en comparaison de l’iPhone d’Apple. Mais l’aura, cet atout traître, n’est dû qu’à une communication, qu’à une idée vaguement populaire, parfois justifiée, parfois trop peu concrète. Certes, l’iPhone fut une révolution et demeure une machine merveilleuse. Tout ce que nous tenons à rappeler, c’est qu’il serait dommage que de tels marchés, en pleine expansion, se cantonnent à un objet alors que des dizaines d’autres aussi attrayants l’entourent.

Dernier exemple dans cette liste, l’Oppo Find 5. Nous vous le présentions dernièrement, et nous vous proposons de retrouver notre article à CETTE adresse

Nous espérons que cet article puisse vous instruire modestement, ou du moins vous ouvrir l’appétit vers d’autres horizons technologiques.

 

 

Merci à notre partenaire AndroidPIT.fr pour son expérience et ses informations.

I'm_not /Geek
Magazine🗞 d'actualités "journalières"😅 pour et par des téchnophiles passionnés 💝 qui refusent à se croire Geek🤥😂 💻📱⌚️⚗️🌐🛰🚀🍔