Magazine d'actualités journalières pour et par des téchnophiles passionnés qui refusent à se croire Geek ! #Mempyre

Où en sont les tablettes fin 2011 ?

2.91K 7

 

Le modèle de la tablet, comme prévu quelques années plus tôt, est en train de prendre une place de plus en plus importante dans la consommation.

Le temps d’un iPad marginal pour une élite semi-fortunée arrive progressivement à sa fin. Les preuves sont là, le tactile est pris au  sérieux et va devenir  omniprésent dans quelques années pour le meilleur, mais aussi le pire.

Pourquoi le pire ? Pour une raison bien simple, la segmentation des usages.

Qu’essayons nous de dire par là ?

La catégorisation du matériel en fonction de l’usage. Fini les “ordinateurs  multimédia” à usage multiple où tout est permis dessus. Ce qui est en train de prendre place est un système digne du minitel. N’importe quelle tablette, quelque soit sont OS, ne pourra jamais avoir l’étendue de création vidéo-musical-visuel qu’un desktop bien puissant avec un 24-27” avec un hardware entrant dans un gros cube rectangulaire avec des tas de cables propose.

Et qui dans le public, parmi les consommateurs, se sert vraiment de la création à un degré professionnel (à part les professionnel ) ? Les jeunes en découverte avec un intérêt pour des domaines particuliers, certes, mais cette jeunesse potentiellement créative ne pourra plus vraiment s’essayer à ce monde si ils  reçoivent pour Nöel  un iPad avec des softs d’une pauvreté de features sans nom.

Le drame est là : la création, l’innovation est dans la continuité du vecteur de curiosité, et ce qui intéresse les constructeurs pour le moment n’est que de donner des envies d’achat.

Alors comment faire acheter un produit dont l’utilité au premier abord semble bien moindre ? En vendant du rêve, de l’intrusion, de la fluidité, une rapidité toujours plus impressionnante. Faire comprendre que cela va centraliser tous les usages numérique en un objet. Et la démarche semble convaincante.

Alors le consommateur délaisse l’ordinateur au sens propre du nom pour un terminal on-the-cloud, destiné à la consultation et quelques interactions. De l’instantanéité parfaite pour la mobilité sans aucune notion d’un usage plus avancé. Esclave d’un systeme, et même si c’est Android ou tout autre soft possiblement modifiable, cela reste un environnement clos.

C’etait prévisible de toute façon, je m’amuserais bien à reprendre l’expression de certains confrères , “Madame Michu n’en a rien à foutre de pouvoir monter un film d’une heure trente en 4K” et c’est bien logique.

On retrouve d’ailleurs le concept de terminal dans les consoles de jeux. La console en elle meme n’est qu’un player qui charge ce que l’on met dedans. Le disque-cartouche d’avant est aujourd’hui un nuage.

Une segmentation entre les “Players” et les “Builder” avec chacun son type de matériel, son style de fonctionnement. Les développeurs qui ont encore l’honneur de bosser sur des machines, et les consommateurs libres comme l’air avec leur feuilles de verre ultra-connectées. Voilà le topos.

Et comme il y aura toujours plus de players que de builders, les tablettes vont devenir très abordables et les machines plus puissantes vont devenir plus chères, plus restreintes, destinée à une élite et donc une production faible et des prix de plus en plus élevés vont se mettre en place.

Voilà dans quelle merde les tablettes nous mèneront.

7 Comments

Leave A Reply

Your email address will not be published.

I'm_not /Geek
Magazine🗞 d'actualités "journalières"😅 pour et par des téchnophiles passionnés 💝 qui refusent à se croire Geek🤥😂 💻📱⌚️⚗️🌐🛰🚀🍔